Détroussons gaiement les classes populaires

Publié le par Burlington

Non content de délocaliser massivement les entreprises et de dépouiller par le fait nombre de petites gens, notre système, notre mode de pensée culturel s’évertue avec roublardise et efficacité à retirer aux classes populaires ses attributs pour les récupérer, les détruire, les ringardiser ; je m’explique :

Il y a quelques décennies encore il était aisé de trouver un certains nombres de signes qui appartenaient en propre aux classes populaires et qui aujourd’hui ont vécu ; en voici quelques exemples :

Les quartiers populaires : Ceux des centres villes ont été récupérés de la plus spéculative des façons par les promoteurs immobiliers pour y loger des jeunes cadres, artistes, etc connus de nos jours sous le nom de bobos (voir mon article ).

La pétanque : Hier encore on pouvait tranquillement titiller le cochonnet sans être importuné, protégé par l’indifférence que ce sport occasionnait chez la quasi-totalité de la population à confortable revenu. Aujourd’hui, gros mot suprême, la pétanque est devenue tendance ! Drainant vers les boulodromes des individus peu fréquentables qui trouvent à ce digne sport un côté téééllement typique.

Le bistrot : Le café du commerce, hier lieu de réunion viril d’après usine ou certains zoteurs en mal d’inspiration vinrent puiser la substantifique moelle pour publier leurs « brèves de comptoir » sans jamais reverser le moindre droit d’auteur aux piliers de bars a changé de clients : l’ambiance y est aussi authentique que Paris Hilton est classe, les clients portent col blanc et cravate et les clientes tailleur chicos. On y boit plus guère, on y dîne sur des nappes à carreau des fausses blanquettes en portions congrues en trempant ses lèvres dans un bordeaux côté au guide Parker.

Le PMU : Pub à la télé – Tout est dit…

Le vélo : Hier c’était aux portes des usines que s’alignaient les vélos, demain les vélib à carte à puce s’aligneront sur les plus beaux « spots » de la capitale.

Le tour de France : Après avoir été disqualifié (à tort ou à raison, peu importe), il ne semble intéresser aujourd’hui que les journalistes sportifs et quelques biochimistes.

Le ciné à Papa : Après avoir vomi sur les Audiard (Truffaut fut le spécialiste), Bebel (sauf quand il a émargé chez Godard), Lautner, Zidi, Ventura, Gabin et consorts la presse ciné-branché encense maintenant ce ciné là, voulant nous faire croire qu’elle l’aime.

Le PCF : s’est éteint tel un souffreteux vieillard.

Le PS : s’approche également de l’hospice, mais comme il n’est plus un parti populaire, c’est pas trop grave.

La liste pourrait être plus longue, je vous invite d’ailleurs à l’allonger si le cœur vous en dit.

Alors que reste-il à ce qu’on a appelé la classe ouvrière (mais de nos jours ça ne se fait plus m’a-t-on dit), ou plutôt que veut on bien lui laisser, à quoi veut on la réduire ? A ça :

Le prolo habite une cité violente de banlieue ou un trou paumé de province. Si il est immigré, c’est un inculte fanatisé ; si c’est un français « de souche » c’est un inculte raciste. Il se repaît de télé-réalité, mange trop gras et est un vil fainéant ne comprenant rien à la beauté de ce monde mondialisé.

J’éxagère ? Si peu…

Alors voilà, je gagne moins de 1500 euros par mois, je joue à la pétanque avec des copains, je fais un petit tiercé de temps en temps dans un bistrot bruyant et enfumé. Je regarde Cancellara en jaune qui ne résistera pas à la montagne en rêvant aux Mercx et Poupou de mon enfance, je connais encore par cœur un bon quart des tontons flingueurs mais je ne suis ni au PCF ni au PS (ce qui vous élimine des réponses pour mon jeu de l’été), comble du vice, je ne rentre pas dans le descriptif en gras ci-dessus (enfin pas trop).

En guise de conclusion : Merde aux détrousseurs du petit peuple ! Burlington des bois s'en va récupérer tout ce que vous nous avez pris ! Et plus encore, pour préjudice moral ! Tremblez vermine, je viendrais pendant votre sommeil, en ami, avec le sourire... Et plus jamais vous ne toucherez une boule de pétanque ni un ticket de tiercé !

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
ah !! C'est le jeu de l'été de savoir pour qui vous (tu ?) vas militer ?!J'suis cruche des fois... ^^"Bon, je vais suivre ça attentivement alors :)
Répondre
B
En fait, je viens de pondre un nouveau jeu de l'été un peu moins nombrilistique. J'attends avec impatience ta (votre ?) participation. Merci à toi (allez on se dit tu !).