Les tribulations d'Antoine

Publié le par Burlington

Je viens juste de regarder à la télé sur France 5 « J’irai dormir chez vous ». Le principe de l’émission est le suivant : Antoine De Maximy, aventurier télévisuel, arpente le monde avec un harnachement vidéo lui permettant de s’auto-filmer et de filmer son entourage et tente de se faire inviter chez de braves autochtones pour manger, dormir et nous ramener des images prises sur le vif.

Commençons par le commencement, la bande annonce de l’émission ou Mr De Maximy tente de se faire inviter par des français qui l’envoient vertement promener, avec comme morale que les gens ailleurs sont quand même bien plus accueillants… Ce genre de raisonnement qui se veut humaniste me semble frappé au sceau du colonialisme bon teint, le mythe du bon nègre n’est pas loin. Une forme de discrimination positive en quelque sorte… Mais discrimination positive ou négative, c’est toujours de la discrimination…

Malgré cette refroidissante invite, je me suis risqué à regarder une émission (dont beaucoup de gens m’avaient dit le plus grand bien). En plus, coup de bol, notre globe trotteur allait visiter les Vanuatu et j’ai une inclinaison pour les mélanésiens. En arrivant dans un village Mr Maximy (qui vient de perdre sa particule, il ne m’en voudra pas) se fait proprement jeter par les habitants qui l’enjoignent avec fermeté et sourire d’aller filmer ailleurs. Et notre bon globe-trotter à chemise rouge de s’épancher : « c’était pas comme ça avant, ça va leur faire une mauvaise pub, tant pis pour eux… » Que des réflexions de la plus haute tenue !

Autre village : Après plusieurs heures de marche motivées par l’envie de voir les virils mélanésiens se jeter de tours de 30 mètres avec une liane au pied, Mr Maxim (zut, le y viens de choir) se voit aimablement contraint par le chef de village d’acquitter la somme de 20.000 Frs, le voyageur vidéaste tente la négociation sans succès… Insert à l’image : 20.000 frs = 150 euros, une somme importante dans le pays… C’est vrai, 150 euros pour une production télé, c’est spielbergien ! Je n’ai pu m’empêcher de penser à ses touristes tentant de gagner un demi dinar sur une babiole achetée à un gamin des rues. Ensuite, grandes réflexions de Mr Maxi (…) J’aurais pas du payer, le rapport est faussé, c’était pas comme ça avant (déjà entendu, tiens)… Et oui mon pauvre môssieur, le pauvre n’est plus ce qu’il était, le bon sauvage se fait rare, on accueille plus l’homme blanc à bras ouvert, on ne lui donne plus son lit avec sa fille dedans, tout fout le camp sur cette planète… Mais l’honneur le reportage est sauf, il y a assez de matos dans la boite et en plus, il a pu faire un gros plan d’étui pénien ; alors avec un gros plan de bite et une grosse burne rouge en plan séquence (désolé de cette vulgarité, mais y’a des jours…), l’audimat est garanti, ou presque.

Je crains que Mr Max ne soit pas le triste sire que je viens de décrire, je le soupçonne même d’avoir une réelle sympathie pour les gens qu’il rencontre. Mais de grâce, Cher Antoine, époussetez votre discours de ses relents d’exposition coloniale, vous y gagnerez et nous aussi. Si vous m’invitez à dormir chez vous, Très cher Antoine De Maximy, je vous offrirais « Cannibale » de Didier Daeninckx, ce petit ouvrage vous racontera la terrible histoire (vraie) de ses kanaks exposés comme au zoo lors de l’exposition de 1931, mais surement l’avez-vous déjà lu.

Publié dans Télé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Cher ami,
Je suis tombée par hasard sur votre/ton (rayez la mention inutile) blog et laissez/laisse-moi te dire que nous avons un point commun. Eh oui, miracle, nous avons tous les deux étés inspirés par ce magnifique globe-squatter qu'est Antoine.
Merci à vous/toi, ce billet m'a bien fait rire, et bonne continuation.
Répondre